Education

Je travaille le plus souvent nos chiens au clicker depuis maintenant plusieurs années. Je suis très satisfaite de cette méthode d’éducation que j’utilise aussi bien pour l’éducation de base, l’apprentissage de la propreté, les exercices de sauvetage et la préparation aux expositions de beauté. Je vais essayer de vous faire comprendre tout l’intérêt de ce petit ustensile !

L’utilisation du clicker dans l’éducation animale n’est pas une méthode farfelue…c’est avant tout un mode d’éducation sérieux basé sur le renforcement positif et le conditionnement opérant.

Tout d’abord un peu d’histoire pour commencer…

Karen Pryor, spécialisée en biologie marine et psychologie comportementale, est l’une des pionnière dans le domaine de l’éducation des chiens au clicker. Toutefois c’est bien pour le dressage des dauphins que cette méthode a tout d’abord été conçue.

Ces animaux ne peuvent en effet pas être punis ou encore attachés du fait de leur présence en milieu aquatique ; de même ils ne comprennent pas la punition verbale. Il a donc fallu trouvé un système pour les inciter à réaliser des exercices de façon libre, rapide et répétable, ce qui ne serait pas possible en maltraitant ces animaux.

La solution a été d’associer au coup de sifflet une récompense : distribution de petits poissons puis une fois cette étape comprise par le cétacé, le coup de sifflet n’a plus été donné uniquement lorsque le dauphin sautait, mais lorsqu’il sautait haut, ou lorsque l’entraîneur levait le bras… Ainsi les dauphins ont compris qu’ils devaient réaliser l’exercice ainsi pour entendre le coup sifflet puis être récompensés. Ainsi il devenait facile de les siffler lors d’un saut suffisamment haut ou dans la bonne direction puis de les récompenser par la suite.

Le sifflet permet ainsi de signifier le moment exact où l’exercice est correctement réalisé sans toutefois couper l’enchaînement des exercices puisque la récompense ne vient qu’a retardement.

Les dauphins attendent donc avec impatience le coup de sifflet et non la récompense. Ceci permet qu’ils ne soient pas toujours agglutinés sur le bord de l’eau à attendre leurs poissons comme un chien pourrait le faire en sentant avec insistance la poche contenant les friandises.

C’est exactement la même technique qui est utilisée pour le chien, excepté que le sifflet est remplacé par un clicker, plus simple d’utilisation.

Actuellement le clicker training s’est fortement démocratisé et devient de plus en plus courant dans les clubs canins d’éducation. En effet cette technique d’éducation séduit par l’aspect non contraignant du renforcement positif et la liberté du chien qui est un réel acteur de son éducation en proposant de lui-même des pitreries pour attirer l’attention de son maître et le « clic » si convoité.

Le principe du clicker

Le clicker permet de signifier à l’animal que ce qu’il vient de réaliser est bien et qu’il recevra une récompense pour cela.

Au départ l’éducateur fait comprendre au chien que « Clic »=récompense. Le mieux est d’utiliser pour cela une friandise allégeante (pour motiver suffisamment l’animal !), rapidement distribuée et avalée lors du bruit.

Lorsque l’animal a compris l’intérêt du clicker et associé la récompense à sa mise en action, le clicker n’est alors actionné uniquement lorsque le chien réalise l’ordre ou l’action désirée par le propriétaire.

Plusieurs possibilités sont alors possibles :

  • attendre que l’animal réalise le comportement souhaité et le cliquer. Certains animaux très accrocs de ce mode d’éducation vont en effet jusqu’à proposer de nombreux exercices ou figures différents de leur propre chef ;
  • guider l’animal à la main ou avec une cible (baguette) pour l’orienter vers le comportement souhaitée, par exemple un tour sur lui-même ;
  • guider l’animal judicieusement vers le comportement voulu et dès qu’il le réalise le récompenser : exemple de la cible au sol où l’on clique l’animal dès qu’il passe à proximité de celle-ci puis dès qu’il la touche puis dès qu’il s’assoit dessus ou se couche…

Le clicker en pratique

Les animaux entraînés au clicker

Pourvu que la récompense soit suffisamment motivante, la grande majorité des chiens quelque soit leurs races ou leurs âges sont très réceptifs au clicker. Les chiot jeunes voire très jeunes (avant l’âge de 2 mois) sont toujours très attentifs à ce mode d’apprentissage. Les adultes également même si certains ont plus de difficultés à comprendre le principe. Les chats, les moutons, les chevaux… tous ces animaux peuvent également être dressés au clicker.

Organisation des séances d’entraînements

Les séances doivent être de courtes voire de très courtes durées pour les chiots ; mais répétées très régulièrement surtout pendant la phase d’initiation. Que le propriétaire se fixe tous les jours à la même heure voire encore mieux aux mêmes heures les séances de dressage est un bon objectif à respecter.

Le lieu de l’entraînement doit être calme et sans distraction (jeux, gamelles, autres chiens) au moins pour les débuts. Les friandises choisies sont appétantes de petite taille, facilement accessibles pour le maîtres (petite poche accrochée à la ceinture) et aisée à avaler pour le chien. L’animal ne doit pas passer de nombreuses secondes à mâcher l’aliment.

Les premières séances

Le but des premières séances est de faire assimiler au chien : « CLIC= récompense ». Le propriétaire se place à proximité du chien puis laisse tombé (voir donne) une récompense puis clique au moment où l’animal saisit la friandise et la mange.

Cette action est répétée plusieurs fois (facilement une dizaine ou une vingtaine de fois). Puis pour faire comprendre à l’animal qu’il peut y avoir un délai entre le clic et la récompense, on clique, on attend puis on donne la récompense. Le délai d’attente est court puis de plus en plus long. Il est important de se déplacer durant la séance.

Ce type de petites séances est renouvelé 3 à 4 fois pour familiariser l’animal.

Si le chien regarde ailleurs et s’il réagit immédiatement au clic en revenant vers son maître pour obtenir la récompense, c’est bon … il a compris « clic= récompense » et peut donc commencer des exercices faciles puis de plus en plus compliqués.

Les premiers exercices

– Le « look » :

Le « look » est un des premiers exercices à réaliser avec son chien. En effet apprendre à son animal à regarder son maître est essentiel pour que le chien soit toujours à l’écoute de celui-ci et attentif au moindre ordre ou geste qui lui serait destiné notamment lors de concours d’agility, d’exposition … où l’animal doit être fixé sur ce que lui demande son maître et non sur ce qui se passe autour de lui. L’ordre « look » est préféré à l’ordre « regarde » car il est plus facile et rapide à prononcer.


– Les positions :

Pour enseigner le assis, il est possible de se placer devant le chien avec une friandise dans la main fermée. Ensuite le poing est approché prés du front de l’animal voire plus en arrière de son corps pour l’inciter à s’asseoir. Le chien qui par son odorat sait la présence de la friandise dans la main de son maître aura tendance à s’asseoir pour suivre la récompense. Dès qu’il s’assoit, le clicker est actionné et la récompense est donnée.

L’exercice est renouvelé plusieurs fois puis dès que le chien a bien assimilé ce qu’on lui demande on peut mettre un nom sur l’exercice qu’il vient de faire et dire assis lorsqu’il le fait puis progressivement dire assis sans le guider de la main et cliquer dès qu’il réalise l’ordre. Enfin lorsque l’ordre est bien assimilé, il est possible de ne cliquer uniquement lorsque le chien reste assis plus longtemps, lorsqu’il reste assis alors que le maître se déplace…. Ensuite après plusieurs séances et une bonne compréhension de l’ordre assis, le couché peut être appris de la même façon.

Le chien est alors placé assis et la main fermée contenant la friandise est amenée vers la truffe du chien puis descendue à la verticale entre les pattes de l’animal. Le plus souvent le chien suit la main et se couche… le clicker peut alors être actionné. L’ordre correspondant sera ensuite appris au chien.

De même pour le debout, le chien est placé assis ou couché et son maître devant lui amène une friandise devant lui puis se recule. Le chien suit alors la main et se dresse. Le clicker est alors actionné. Enfin lorsque les 3 positions et les ordres correspondant sont bien assimilés, il est très simple de passer aux positions à distance.

Le maître réalise d’abord des successions d’ordre avec le chien face à lui mais proche de lui. A chaque ordre réalisé ou plus rarement pour les chiens très attentifs, une friandise est donnée. Puis les mêmes séances sont réalisées mais le maître recule de 40 ou 50 cm, et s’avance alors pour donner la récompense lorsque le chien a réaliser l’ordre ou la succession d’ordre voulu mais le clicker est quant à lui toujours actionné en amont de la friandise et dès que le chien réalise un bon exercice.

A terme, le chien se retrouve à quelques mètres de son maître, ce dernier clique à chaque ordre bien réaliser puis retourne vers le chien et lui donne la récompense ou le rappelle à lui et lui donne la récompense. Une salve de « clic » lorsque le chien revient vers son maître lui indique la qualité de son travail et le motive d’avantage.


– Les exercices plus poussés :

Le clicker peut être utilisé pour l’apprentissage de tous les ordres les plus simples et essentiels même pour le chien de compagnie : le « Au pied », la marche en laisse, le reste… Mais également pour les ordres plus complexes comme le « touche » (l’animal doit alors poser les pattes sur une cible ou toucher de la truffe la main ou une baguette tenue par son maître), le tourne (l’animal tourne sur lui-même dans un sens ou dans l’autre, en passant ou non dans l’entrejambe de son maître…), les obstacles d’agility comme le slalom ou la réalisation des zones…

J’utilise personnellement le clicker pour travailler les chiens sur certains ordres de sauvetage au sol: le en avant, la prise au bras…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Please enter the CAPTCHA text